Accueil

Sécurité routière : Remontées de files

 

Attendu depuis des semaines par les pouvoirs publics et depuis des années par les usagers représentés par la FFMC, le rapport du préfet Régis Guyot sur la circulation des deux-roues motorisés entre les files dans les embouteillages avait été présenté à Manuel Valls, ministre de l'Intérieur sous la Présidence François Hollande, le 7 décembre 2012.

Légaliser pour enseigner et pour cadrer une pratique avérée, tel est l'objet de ce rapport officiel sur la circulation en interfiles pour les deux et trois-roues motorisés. Demandée depuis quinze ans par la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC)1, cette reconnaissance d'une de nos particularités de circulation en milieu urbain arrive à un moment décisif.

 

Couramment répandue dans un contexte de mobilité complexe, cette pratique efficace et proportionnellement peu accidentogène est déjà officiellement reconnue par nos voisins belges, néerlandais et autrichiens. La « remontée de files » ne peut plus être qu'une simple tolérance dans nos villes où le parc des deux-roues ne cesse de croître : il est temps de l'enseigner à tous les usagers de la route pour qu'elle soit pratiquée de manière raisonnée et raisonnable, pas n'importe où, pas n'importe quand et pas n'importe comment.

 

De février à juin 2012, sous l'égide du Préfet Régis Guyot, la FFMC avait travaillé conjointement avec des associations d’usagers, les représentants des moto-taxi, des assureurs, des chercheurs de l'IFSTTAR2, des formateurs, des forces de l'ordre et des fonctionnaires ministériels. Ce travail partenarial avait abouti à un consensus permettant de cadrer la pratique de l'interfiles aux voies rapides express à sens unique, uniquement entre les files les plus à gauche. Il était prévu de limiter la vitesse des 2RM en interfiles à 50 km/h en cas de circulation fortement ralentie et au-delà, d’observer un différentiel de vitesse n’excédant pas 20 km/h.

De quoi donner de la matière aux membres du Conseil National de la Sécurité Routière qui vient de se reformer.

C'est officiel, un décret paru le samedi 26 décembre 2015 au Journal Officiel annonce la mise en place de "l'expérimentation interfile  des deux-roues motorisés" sur les voies rapides en Ile-de-France, dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône à partir du 1er février 2016.

 

1 Lire à ce sujet l'article de la FFMC disponible en ligne ici : www.ffmc.asso.fr/spip.php?article5552

2 IFSTTAR : Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux

{jcomments on}

 

Sécurité routière : Limitation à 80 km/h

 

Contre la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire : signez la pétition

 

Le journal "Le Point" et d'autres médias Presse déclare que le gouvernement Philippe annoncerait la limitation à 80 km/h sur la plupart des routes départementales et nationales lors d'un prochain Conseil National à la Sécurité Routière, dont ce serait la "mesure phare".

Au delà du conditionnel qu'il convient d'utiliser en la matière, ce n'est pas une surprise : Il s'agit d'un vieux serpent de mer de la DSR, qui depuis des années ne sait plus à quel saint se vouer pour donner l'illusion d'agir tout en mettant les citoyens à contribution (financière).

L'expérimentation menée en 2015 sur 80 km de routes nationales (RN7, RN 151 et RN 57), sans qu'aucune amélioration de la sécurité routière n'ait été constatée.

Le gouvernement jugera par contre positif que le nombre de véhicules verbalisés par les radars automatiques installés dans ces zones test ait été, pour certains, multiplié par 3.

Nous attendons donc de voir quelle argumentation fallacieuse  nous sera servie pour juger de notre colère à être pris pour des ignorants et des imbéciles.

Il ne restera plus à l'Etat ensuite, à expliquer, comment il compte résoudre toutes les questions de fond qu'une telle mesure provoquerait :

  • Les Poids lourds sont déjà limités à 80 km/h sur le réseau secondaire ... faudra-t-il abaisser leur limitation au risque de désorganiser toute la logistique du Fret routier (temps de route et géolocalisation des plateformes logistiques) ? ;
  • Les VL devront-ils rouler à la même vitesse que les PL avec tous les désagréments que cela implique en termes de visibilité et de distances de sécurité, possibilités de dépassement, etc. ;
  • Quel sera le coût du changement des panneaux en matière et en moyens humains ? Qui paiera ces frais ? ;
  • Que vont en dire les organisations syndicales des chauffeurs routiers ? ;
  • Comment les données numériques (GPS, Coyote, Waze, ...) vont être elles adaptées à ce changement de vitesse ? Dans quelles conditions ?

Enfin et pas le moindre, sur combien d'argent issu des radars automatiques, et donc des taxes indirectes, la sécurité routière compte-elle pour abonder le budget de l'Etat ? Et comme toujours, dans quelle mesure cet argent sera utilisé pour la sensibilisation routière et la formation aux usagers de la route ?

Zone à Circulation Restreinte (ZCR) : Rencontre avec la Député sur Béthune

Les membres du bureau de la FFMC 62 remercient Madame Marguerite Deprez-Audebert, Députée "EM" du Pas-de-Calais à Béthune, de les avoir reçus lors du rendez-vous du lundi 9 octobre dernier. Lors de cette rencontre nous lui avons fait part de nos revendications pour la défense des motards concernant les interdictions de circulation (Z.C.R.) qui se mettent en place en France.

Vous êtes ici : Accueil A la une Actualités