A LA UNE

A LA UNE

Accueil

Actualité : Les candidats et la sécurité routière

Il aura fallu la publication d’une enquête de Moto Magazine le 29 mars 2017 sur la privatisation annoncée des radars embarqués, pour que les candidats soient interrogés sur leur vision de la sécurité routière.

Le grand vide
Avant la publication de cette enquête et les interviews des candidats, la sécurité routière ne semblait pas tellement préoccuper les onze prétendants à la fonction suprême : dans leurs programmes accessibles dans les médias et sur Internet, en activant une recherche à partir des termes « sécurité routière », « radars », « deux-roues motorisés », « routes », c’est le grand vide ! Il n’y a rien, du moins pour la moitié des candidats annoncés à plus de 10 % d’intentions de vote par les instituts de sondage. C’est à se demander si oui ou non c’est une « priorité nationale » comme ils le proclament si facilement une fois élus.

D’autres chats à fouetter
Clairement, la sécurité routière et le quotidien des usagers de la route ne sont pas une préoccupation majeure des candidats… ce serait d’ailleurs plutôt rassurant si l’on pense qu’un président de la République a quand même d’autres chats à fouetter en regard des troubles planétaires et des crises auxquels les chefs d’État sont confrontés.

Toutefois, la liberté (inscrite dans notre devise républicaine, aux côtés des mots fraternité et égalité) doit rester fondamentale. Or aucun candidat n’y fait plus référence, dépassée qu’elle est par la notion de « sécurité » à tout prix.

Sécurité et rentabilité
Leur raisonnement sur les questions de mobilité et de partage de la route ne se fait qu’à travers le prisme d’une vision sécuritaire et de la rentabilité qui peut s’en dégager : ils sont bien peu à évoquer les questions de formation, de nécessaire respect de l’autre, du maintien d’un service public au service des citoyens, du coût social des politiques uniquement axées sur l’aspect répressif.

Restriction des libertés publiques
À la FFMC, nous savons que, quelle que soit la couleur (affichée) des gouvernements qui se succèdent, le prétexte de sécurité routière sert trop souvent de laboratoire aux idées les plus nauséabondes en matière de restriction des libertés publiques.

Si l’espace routier est un concentré de notre société, où s’expriment et se cristallisent les enjeux de notre époque, il n’est pas réjouissant de voir, à travers les réponses des candidats à l’élection présidentielle, combien le chemin est long pour sortir des sacro-saints dogmes sécuritaires et financiers et aller vers une société plus juste et respectueuse des individus et du collectif.

Lettre ouverte aux présidentiables
En attendant, les réponses des candidats à ces questions de sécurité routière n’apparaissent que comme des constats et des vœux pieux... Les motards en colère s’exprimeront donc au plus vite dans une lettre ouverte aux présidentiables, puis dans les urnes, puis dans la rue puisque qu’une fois de plus, il le faudra pour affirmer notre opposition à cette manière de gérer un sujet qui concerne chaque citoyen de ce pays dans sa vie de tous les jours.

- Une analyse détaillée de chacune des réponses des candidats est consultable sur le site de la FFMC
- Consultez le Manifeste de la FFMC pour la sécurité routière

Les réponses des candidats

- Les réponses de Nathalie Arthaud, Lutte ouvrière
- Les réponses de François Asselineau, Union populaire républicaine
- Les réponses de Jacques Cheminade
- Les réponses de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France
- Les réponses de François Fillon, Les Républicains
- Les réponses de Benoît Hamon, Parti socialiste
- Les réponses de Jean Lassalle
- Les réponses de Marine Le Pen, Front national
- Les réponses d’Emmanuel Macron, En marche !
- Les réponses de Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise
- Les réponses de Philippe Poutou, Nouveau parti anticapitaliste

- L’analyse de Moto Magazine (1/2)
- L’analyse de Moto Magazine (2/2)

Réagissez !

Donnez votre opinion en commentaire lié à cet article.
Attention, tout commentaire assimilé à du prosélytisme en faveur d’un parti politique sera supprimé.

Fédération of European Motocyclist' Associations (FEMA) : Fréderic Jeorge nommé président de la FEMA

Lors de sa dernière assemblée générale, en Allemagne, la FEMA (Fédération européenne des associations de motard) a désigné un nouveau président : Frédéric Jeorge. Il succède au Britannique Gérard Livett. Frédéric Jeorge, en plus de sa nouvelle casquette, est également directeur de l’AFDM et (futur ex-) membre du Bureau National de la FFMC (les statuts de la FEMA demandent au président d'être indépendant des structures adhérentes).

Ce rôle de coordination découle d’impératifs techniques et humains, mais est aussi une forme de reconnaissance du dynamisme de la FFMC, particulièrement active sur les sujets européens comme nationaux.

{jcomments on}

Fédération of European Motocyclist' Associations (FEMA) : son rôle

Logo_FEMA

 

 

 

FEMA - Federation of European Motorcyclists' Associations

La FEMA -Federation of European Motorcyclists’ Associations- (Fédération des Associations Motocyclistes Européennes – ndt) née en 1998 de la réunion de la FEM et de l’EMA, a pour objet la défense de la pratique de la moto auprès :

  • des instances européennes pour tout ce qui relève de la souveraineté européenne :
    • Commission européenne
    • Parlement européen –** Conseil des Ministres de l’Europe ;
  • de la Commission Economique des Nations-unies pour l’Europe pour les sujets d’envergure internationale relatifs aux transports (telle l’harmonisation mondiale des normes techniques et les conventions internationales sur la circulation routière) – c’est dans ce cadre que sont nouées des relations avec des Associations Motocyclistes venant d’autres continents, telle l’AMA et le MRF pour les USA.

La FEMA regroupe aujourd’hui 24 associations issues de 19 pays.

Lors des votes, le nombre de voix de chaque organisation nationale est proportionnel à son nombre d’adhérents (4 pour la France)

Les principaux sujets d’actualité de la FEMA sont :

La Sécurité Routière
Le 3ème Programme d’Action de Sécurité Routière de la Commission européenne, qui a pour objectif la division par deux du nombre de morts (40 000 aujourd’hui) sur les routes d’Europe à l’horizon 2010, met en avant 3 pôles d’action : le comportement de l’usager, les infrastructures routières, la sécurité des véhicules ainsi que la prise en compte des usagers vulnérables.
C’est dans cet esprit que la FEMA prépare un « Livre Blanc de la Sécurité Routière » et présentera sous peu à la Commission et au Parlement européen la position de principe de la FEMA concernant la prise en compte des spécificités des 2-roues motorisés dans la mise en place de ce programme et les orientations du « Livre Blanc » à venir.

La TVA à taux réduit sur les casques moto (et les équipements de sécurité)
La Commission européenne vise l’harmonisation du taux de TVA, ces produits ne sont pas inscrits sur la liste ouvrant droit à l’application d’un taux réduit par les états-membres (la fameuse Annexe H) ; même l’exception Britannique -TVA 0% sur les casques moto- devrait être supprimée.

Les normes de bruit et anti-manipulation
C’est en consultation avec l’ACEM (Association des Constructeurs de Motocycles Européens) entre autres, que la FEMA tente d’infléchir l’éventuel abaissement de la norme de bruit de 82 à 80 dB et la mise en place de mesures anti-manipulation qui ne soient scientifiquement étayées et selon une approche de coût/efficacité.

Le code de la route
Une étude de la Commission européenne sur les codes de la route est en cours, en vue d’une éventuelle harmonisation de leur utilisation. La FEMA met en avant la position des motocyclistes ; la remontée des files - sujet qui nous préoccupe parce que la tolérance, jusque là accordée en France, est remise en question - peut, selon les états-membres être tolérée ou bien interdite. La FEMA préconise d’aborder ce sujet à l’occasion de la révision du dépassement, en argumentant sur la fluidité du trafic apportée par les 2-roues motorisés.

La signalisation
Conception et implantation doivent être harmonisées pour que la signalisation ne soit pas source de confusion et ne crée pas des obstacles dangereux pour les usagers de la route en général et pour les motocyclistes en particulier.

Le permis de conduire
La FEMA propose une harmonisation cohérente des catégories moto du permis de conduire.

Afin de sensibiliser nos députés européens ainsi que leurs attachés parlementaires à la pratique de la moto et ses particularités, la FEMA organise chaque année à Strasbourg la "Balade des Députés Européens". Elle reçoit, pour cet évènement, un important soutien de la FFMC 67.

Quelques grandes victoires de la FEMA :

  • Suppression de la limitation à 100 ch. en Europe -la France reste dans l’illégalité- ;
  • Gain de cause sur divers chapitres de la « multi-directive » :
    • droit de pouvoir faire l’entretien de sa moto sans frais inutiles,
    • exemption du marquage des pièces sur les machines de plus grande cylindrée,
    • application de limites sonores raisonnables permettant la production de machines à refroidissement par air,
    • droit des motocyclistes de choisir la marque des pneus de remplacement ;
  • Modification d’une proposition de permis de conduire moto compliquée et onéreuse ;
  • Protection et promotion d’un marché orienté sur la liberté du consommateur ;
  • Suppression de l’obligation pour les motocyclistes usagers de la route de porter des vêtements moto de protection ;
  • Reconnaissance de la part du Parlement européen de la contribution de la moto à une réduction de la congestion urbaine et du besoin d’une approche particulière des besoins des motocyclistes en matière de mobilité et de sécurité, à l’instar de ceux des cyclistes et des piétons ;
  • Modification d’une proposition visant à inclure arbitrairement cyclistes et piétons dans la couverture de l’assurance des véhicules motorisés.

Et le nerf de la guerre dans tout ça ???

La FEMA est une organisation citoyenne
1,2 euro de votre cotisation à la FFMC est attribué à la FEMA (idem pour les autres organisations membres) et cela permet de subvenir aux besoins de la FEMA en fournissant 90% des moyens d’agir auprès des institutions. Cela est complété par l’International Historic Vehicle Organisation (IHVO) qui s’appuie sur la FEMA pour son lobbying européen et par le soutien logistique de Triumph et Harley-Davidson, en reconnaissance du travail effectué en faveur du monde de la moto. La Commission européenne, quant à elle, participe financièrement et de façon occasionnelle, à l’exécution par la FEMA d‘études en matière de sécurité routière moto (glissières de sécurité, formation des jeunes motocyclistes, etc. …).
Vous voulez soutenir directement la FEMA ? C’est possible : moyennant une cotisation de 10 euros, vous deviendrez un « FEMA friend » officiel … à vos chéquiers !!!

La Sécurité Routière et l’Europe, c’est aussi le lancement en France du programme EuroRAP (www.eurorap.org) qui a pour objectif l’évaluation des routes – la FEMA reste attentive et l’identification des Points-noirs ne doit être qu’un préalable à leur traitement qui doit être l’objectif final.

Le futur, c’est aussi l’ITS (Intelligent Transport System) Là encore, la FEMA reste en éveil pour s’assurer que les motards ne seront pas un jour les parias des déplacements individuels.

Vous êtes ici : Accueil A la une Actualités