A LA UNE

A LA UNE
:     Article "Boursier.com", publié le vendredi 20 septembre 2019 à 16h52 et repris sur le site "Orange actualités"   D'après une récente étude accessible (accessible en cliquant ici), la baisse de vitesse limitée à 80 km/h n'aurait sauvé "que" 39 vies, soit bien moins que les 400 attendus par le gouvernement. Elle aurait également coûté 2,3 milliards d'euros aux Français. Véritable sujet de discorde entre les automobilistes et le gouvernement, la limitation à 80 km/h tarde à faire la démonstration de son efficacité. Selon un rapport réalisé par un comité indépendant (CIE) mis en place par l'association 40 Millions d'automobilistes, "seules" 39 vies ont pu être sauvées après la mise en place de la mesure. C'est dix fois moins que l'objectif des 400 vies épargnées qu'espérait Edouard Philippe. Pour rappel, depuis le 1er juillet 2018, toutes les routes secondaires ont été limitées à 80 km/h, malgré la grogne des élus locaux. "Loin de réduire les décès de 400 par an, comme annoncé ex ante, ou 206 comme proclamé ex post, la politique engagée les a réduits au plus d'une quarantaine - ce qui n'est évidemment pas négligeable", affirme l'étude.  En effet, les chiffres révélés par l'association ne concordent pas avec ceux du gouvernement. En juillet dernier, la Délégation à la Sécurité Routière (DSR) a annoncé que la mesure avait permis d'épargner quelque 206 vies entre juillet 2018 et juin 2019.   80 km/h : "Il y a peut-être eu une petite erreur stratégique de vouloir passer en force" par franceinfo   Des approximations et des erreurs dans les chiffres de la DSR L'étude indépendante pointe des approximations et des erreurs d'évaluation dans les chiffres de la DSR. La base de calcul ne doit retenir que les routes à deux voies sans séparateur central frappées du 80 km/h. Or, ce réseau n'apparaît pas en tant que tel dans les chiffres officiels divulgués par la délégation. "La comparaison des chiffres de la mortalité routière recueillis avant et après l'entrée en vigueur de la mesure fait apparaître une diminution de 148 tués pour la période juillet 2018 - juin 2019 par rapport à l'année précédente à la même période. Mais cette différence ne saurait être attribuée que très partiellement au seul passage à 80 km/h", a souligné le Professeur Rémy Prud'Homme, qui a dirigé l'étude du CIE. On passe donc bien à 39 vies épargnées selon le rapport, en tenant compte d'autres facteurs comme le trafic, la vitesse ou encore l'état des routes. Une mesure qui coûte plus cher que ce qu'elle ne rapporte Rouler moins vite, c'est aussi mettre plus de temps à se déplacer. D'après les estimations de l'association, 184 millions d'heures ont été perdues pendant cette première année, ce qui représente un coût de 2,65 milliards d'euros. Cette perte est d'ailleurs "loin d'être compensé par les bénéfices liés à la valorisation officielle des vies (129 millions d'euros) et blessés graves évités (88 millions d'euros), ainsi que des carburants et émissions de CO2 économisés (100 millions d'euros)", selon l'association. Le CIE a estimé que le coût net de la mesure des 80 km/h pour la société et l'économie française est de 2,3 milliards d'euros. Ni le gouvernement, ni la Sécurité routière n'on réagi suite à la publication de ce rapport. L'expérience du 80 km/h doit encore continuer pour un an. Des aménagements délégués aux départements peuvent, au cas par cas, rétablir le 90 km/h, mais cette possibilité n'a été utilisée que par bien peu d'entre eux car la procédure établie par le CNSR afin d'autoriser le rétablissement à 90 km/h contraint à l'immobilisme.     :           Amis de la moto, motocistes et autres partenaires passionnés de la moto, venez nous rejoindre à notre Relais motards Calmos lors de l'Enduropale. Nous étudions toutes les propositions.         Bonjours à toutes les motardes et à tous les motards.     Comme chaque année lors de l'Enduropale du Touquet, la Fédération Française des Motards en Colère du Pas-de-Calais (FFMC62) organisera les 01 et 02 février 2020 son traditionnel RELAIS MOTARDS CALMOS sur la commune de Le Parcq (62770), village traversé par la Départementale D939 et situé à proximité d'Hesdin.   Vous avez ainsi la possibilité de faire une pause, de vous réchauffer et/ou vous sécher dans le salle municipale "l'Europarcquoise". Comme tous les Relais Motards Calmos, des bénévoles seront présents pour vous guider à garer votre moto et accéder à la salle, et vous offrir une boisson chaude et/ou rafraîchissante. Photo de la salle municipale "L'Europarcquoise" de la ville de Le Parcq depuis le CD 939.  Cette solidarité sans faille a ses limites : la FFMC 62 souhaiterait un peu plus de générosité, de solidarité de la part des quelques 1600 passionnés(es) de la moto qu'elle rencontre à cette occasion pour l'aider à autofinancer l'achat des boissons chaudes, par exemple. Non pour spéculer, puisque nous sommes une association loi 1901, mais pour pérenniser ses actions en faveur de la cause motarde, et lutter contre la "moto phobie" générée par certains pouvoirs publics. Si la période de fêtes arrive à masquer une partie de la réalité : accès au permis A impossible sans l'obtention au préalable du permis A2 après un délai de 2 ans, plaque d'immatriculation au format 21 cm x 13 cm, port de gants moto certifié CE à minima obligatoire, depuis le 1er juillet 2018 la vitesse limitée à 80 km/h, et ensuite ... Le contrôle technique ? BON ENDUROPALE A TOUTES ET A TOUS.     

Limitation à 80 km/h : Lettre du Député, du 1er Ministre et la réponse FFMC

Pour vous aider à comprendre la susceptibilité et l'historique de l'échange entre Député et le 1er Ministre, puis ce dernier avec notre FFMC de Paris, il convient de lire au fur et à mesure les lettres suivantes. 

Pour commencer, ci-dessous celle du 16 avril 2018 de Monsieur Daniel Fasquelle, Député et ancien Maire de Le Touquet Paris-Plage, adressée à Monsieur Edouard Philippe, 1er Ministre. Cette lettre fait suite à notre "Grande Manif" de la région des "Hauts de France" du samedi 14 avril dernier, à laquelle s'était jointe l'association "40 millions d'automobilistes". Nous avons été reçus en Mairie par Mme Lyliane Lussignol Maire de Le Touquet et par Monsieur Daniel Fasquelle le Député de la 4ème circonscription du Pas-de-Calais.

 

.

 

Entre temps, devant l'absence d'écoute et l'obstination inconsidérée du 1er Ministre, notre Bureau National a adressé un courrier au 1er Ministre  Monsieur Edouard Philippe. 

Lettre ouverte de la FFMC à Monsieur le Premier Ministre Edouard Philippe

lundi 7 mai 2018

Monsieur le Premier Ministre,

Nous avons l’honneur de ne pas vous demander audience.

A quoi bon ? Dès avant le 9 janvier, votre décision était prise. Sans tenir compte ni même seulement entendre en séance plénière du Conseil national de sécurité routière (CNSR) les associations qui comme la nôtre travaillent d’arrache-pied, au prix de grands sacrifices de leurs bénévoles, pour faire en sorte que les usagers comprennent et s’approprient les enjeux de sécurité routière. Non, vous, vous avez décidé, avant des échanges qui pourtant auraient pu éclairer votre démarche : nous avons fait des recherches : avant votre nomination, la sécurité routière au niveau où nous la pratiquons vous était étrangère. Par ailleurs, elle était totalement absente du programme du Président Macron, à part pour en dire qu’il était opposé à la mise en œuvre généralisée des 80 km/h…

Devons-nous en conclure que vous jugez n’avoir rien à apprendre des spécialistes que nous sommes ? Le son de cloche des actuaires de la DSR vous suffit ? Puisque vous n’entendez pas toutes les parties prenantes, vous décidez, vous tranchez... Vous êtes le Premier Ministre. Mais vous donnez votre avis personnel sur le sujet : l’avis d’Edouard Philippe... Pas nous Monsieur le Premier Ministre. Nous, nous portons la voix de nos adhérents et bien au-delà, celle du Mouvement motard FFMC qui s’appuie sur bientôt 40 années de travail assidu dans tous les domaines qui touchent aux deux-roues motorisés. Nous portons la voix de milliers de motards et scootéristes que la politique de sécurité routière pratiquée par vos services tue chaque jour sans rime ni raison. Si les propositions faites par la FFMC depuis des dizaines d’années avaient été mises en œuvre, nous n’en serions pas là à ce jour. Nous le savons et mieux, nous le prouvons : nous avons pallié les manquements des Pouvoirs publics en créant nous-mêmes les outils de notre propre sauvegarde. A notre échelle ? Non, nous avons fait plus grand que nous : nous avons créé une Mutuelle d’Assurance, une maison d’Edition, une association de formation qui gère un réseau de moto écoles éthiques, une association d’éducation populaire pour les jeunes, notre programme pour la jeunesse a obtenu l’agrément de l’Éducation nationale, nos militants interviennent en milieu scolaire pour sensibiliser... Nous ne faisons pas que nous opposer ou réclamer monsieur le Premier Ministre, nous mettons en œuvre, nous ne sommes pas les agités du casque que certains veulent faire accroire. Nous sommes la Fédération Française des Motards en Colère.

Nous avons sollicité Madame Royal en son temps, Monsieur Hulot dernièrement, sans retour aucun. Le mépris. Le mépris des classes dites dirigeantes pour leurs administrés. Ce mépris exprimé et ressenti également par les élus de la République, y compris ceux de vos propres rangs, car eux non plus vous ne les avez pas consultés. Alors que nous, si. Certains nous soutiennent, le savez-vous ? 
Nous leur avons écrit et parlé. Et ils nous ont entendus. Mais pas vous. Pourtant nous en sommes persuadés, il nous faut échanger. La FFMC n’est pas opposée aux 80 km/h par un principe benêt d’opposition systématique. Ce sont 37 années de réflexion, d’actions et de recherches qui l’ont amenée là. La politique de sécurité routière répressive pratiquée par vos services est mauvaise pour la cause même qu’elle prétend servir ! Et tout particulièrement pour les usagers fragiles dont nous faisons partie. Nous le savons ! Nous le vivons tous les jours sur le terrain !

Monsieur le Premier Ministre, vous voulez sauver des vies ? Nous, nous en sauvons. Voulez-vous savoir comment ? Voulez-vous entendre ce que nous avons à dire ? Voulez-vous écouter nos propositions, qui font nos revendications ?

La balle est dans votre camp : dans l’attente de l’écoute que vous, Monsieur le Premier Ministre, nous refusez comme vous refusez d’écouter les élus de la République, députés, sénateurs, présidents de conseils départementaux, maires et surtout, la grande majorité des citoyens de notre pays, dans l’attente de cette concertation qui n’existe que dans les éléments de langage de votre gouvernement, nous nous ferons entendre par les derniers moyens d’expression que vous nous laissez : la rue.

Pour la Fédération Française des Motards en Colère,
Pour le Bureau national,
Fabien Delrot, coordinateur.

 

Inespérée une réponse de Monsieur Edouard Philippe 1er Ministre. Ah oui, au fait c'est une réponse de Normand !?

 

Bien entendu, le 1er ministre Edouard Philippe a transmis à notre Député Daniel Fasquelle uniquement la réponse qu'il a faite pour écarter les justifications de la FFMC à ne pas être reçue.

Et pour clore ce chapitre des échanges de courriers, la réponse de notre FFMC nationale à Monsieur Edouard PHILIPPE, 1er Ministre.

 

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil La FFMC Les dossiers FFMC Limitation à 80 km/h Limitation à 80 km/h : Lettre du Député Daniel Fasquelle